FIAC
Robert Overby

October 18-21, 2012
Robert Overby
T.S. Eliot
7 September 1970
Collage
16 x 22.75 inches, 40.64 x 57.79 centimeters

 

Version française ci-dessous

Booth 1.G19

Cherry and Martin presents at FIAC the first European exhibition to focus exclusively on the works from Robert Overby’s ‘red book’ (1973-1969).

Robert Overby’s ‘red book,’ 336 to 1: August 1973-July 1969, is a breathtaking survey of formative works by one of California’s most important artists. Cherry and Martin is proud to present these pieces at FIAC, as there has never been a concentrated examination of Overby’s early works in Europe. The pieces included in Overby’s ‘red book’ reveal the artist’s interest in the relationship between image and object, and demonstrate his thoughtful, often punning, approach to icon and index, realized in a range of materials and mediums.

Renewed interest in Overby’s work has led over to a complete reassessment of his place in the history of American art. As critic David Rimanelli writes,

“Overby’s cast latex works share crucial conceptual links to some of the most important developments within process art or anti-form, in particular the reliance on the index as a generator of meaning. For this indexical dimension, one must turn to the most inevitable of the artist’s near contemporary ‘precursors,’ Bruce Nauman” (Robert Overby: About When, 2004).

In 1971, Robert Overby discovered latex rubber as a casting medium; prior to that, he used polyvinyl chloride (PVC) and more traditional materials like wax, plaster, concrete and lead. His ’red book’ documents in reverse chronological order every piece he made between August 1973 and July 1969, down to the exact day of their production. In addition to cast sculptures, it includes early hard edge shaped paintings, figurative paintings, works on paper, light pieces and small-scale sculptures, many of which, like “Dupe (lead pencil)” (30 April 1971), investigate the hand, the body and the relationship between common objects. In addition to “Dupe (lead pencil),” Cherry and Martin’s booth at FIAC will include, among other works, the major hanging latex piece, “4-Square Scrap” (28 December 1972), the important and previously thought to be destroyed neon piece, “Vert neon piece (green)” (28 June 1971), the remarkable PVC stretches, “About Intent” (7 June 1970) and “About Sunday” (7 June 1970), and the conceptual, re-claimed and modified, thrift-store painting, “Princess Restoration” (19 July 1973).

Overby’s work typifies the open and heterogenic attitude that is the backbone for art making in Los Angeles, even today. And the ‘red book’ itself is an incredible proactive statement on artistic production. Not only did Overby self-publish his book, and distribute it; to do so, he engaged such systems of dispersal as advertising it in magazines, a decision informed perhaps by his knowledge as a graphic designer and understanding of how meaning and information is conveyed. As critic Terry Myers suggests, Overby’s choice to publish, in unedited and direct chronological order, everything he made in a four-year period can be read as a reaction to attempts by artists to manipulate their own histories. Overby lived most of his life in Los Angeles, but a brief stint in New York in the early 70s, two shows at John Weber Gallery (1971) with Carl Andre, Robert Smithson and others, and an association with Lucio Amelio in Milan may have played a formative role in his views.

Recent solo exhibitions of Overby’s work include, “Robert Overby Parallel: 1978-1969” (Hammer Museum, Los Angeles, 2000) and “Robert Overby: What Else is Important: Paintings 1981-1989” (Luckman Museum, Los Angeles, 2004). Overby’s work is in the collection of Museum of Modern Art, New York; Whitney Museum of American Art, Art Institute of Chicago, Chicago; New York; San Francisco Museum of Modern Art, San Francisco;Museum of Contemporary Art, Los Angeles; and Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles. Cherry and Martin would like to thank Marc Selwyn Gallery and the Robert Overby Estate for their help in making the presentation at FIAC. Robert Overby’s work will also be the subject of a group exhibition opening at Cherry and Martin November 10, 2012.

For further information and images contact Philip Martin at (001) 310-559-0100, or philip@cherryandmartin.com

 

Robert Overby

FIAC
18 – 21 octobre 2012
Stand 1.G19

Cherry and Martin ont le plaisir de présenter la première exposition européenne centrée sur les œuvres du Red book de Robert Overby (1973-1969)

Le Red book, 336 to 1: August 1973-July 1969 de Robert Overby est une incroyable enquête documentant les premières œuvres de l’un des artistes californiens les plus importants depuis les années 1960. Cherry and Martin est fière d’en montrer un échantillon en France, à la FIAC, et plus particulièrement en Europe où ses premiers travaux n’ont jamais fait l’objet d’un examen attentif. Les pièces représentées dans le Red book révèlent l’intérêt que l’artiste porte, avec un sens précis de l’analyse et souvent de l’humour, au travers de nombreux matériaux et médiums, à la relation entre image, objet et indexation.

Le regain d’intérêt porté récemment à l’œuvre d’Overby a redéfini sa place, dans toute son envergure, au cœur de l’histoire de l’art américain. Ainsi le critique d’art David Rimanelli écrit-il :

Les moulages de latex d’Overby partagent des liens conceptuels cruciaux avec certains des développements les plus importants qui eurent lieu dans l’art processuel et la pratique de l’Antiforme, en particulier le recours à l’indexation comme générateur de sens. Pour saisir cette dimension de son œuvre, il faut se tourner vers l’un des artistes incontournables, de par sa fortune artistique, pour les jeunes artistes contemporains : Bruce Nauman (Robert Overby: About When, 2004).

En 1971, Robert Overby découvre les propriétés plastiques du latex et notamment sa capacité à reproduire une forme comme le ferait un moule. Auparavant, l’artiste utilisait du polychlorure de vinyle (PVC) et des matériaux plus traditionnels tels que cire, plâtre, béton, plomb. Dans une chronologie à rebours, son Red book documente toutes les œuvres qu’il a créées entre août 1973 et juillet 1969, indiquant le jour même de leur production. Outre ce qu’il convient de nommer ses “ sculptures-moules ”, le livre inclut des travaux de jeunesse tels ses tableaux de tendance Hard-edge, des peintures figuratives, des œuvres sur papier, des pièces lumineuses et des sculptures de petite dimension explorant souvent la relation de l’œuvre d’art à la main, au corps ou celles qu’il existe entre les objets ordinaires. Emblématique de sa production de petite statuaire, Dupe (lead pencil) (30 April 1971) côtoiera, à la FIAC, 4-Square Scrap (28 December 1972), œuvre majeure en latex, Vert neon piece (green) (28 June 1971), pièce essentielle que l’artiste a eu l’intention éphémère de détruire, les pièces de vinyle About Intent (7 June 1970) et About Sunday (7 June 1970), l’œuvre conceptuelle intitulée Princess Restoration (19 July 1973), toile trouvée dans un magasin bon marché, appropriée et modifiée.

Le travail d’Overby caractérise l’attitude ouverte et hétérogène propre à la production artistique de Los Angeles, depuis l’après-guerre jusqu’aux pratiques contemporaines. Le Red book lui-même fait proactivement acte de déclaration quant à la nature de ce qu’est, non pas la création, mais la production artistique. Overby n’a pas seulement publié son ouvrage hors des circuits éditoriaux mais en a également assumé lui-même la distribution. Pour ce faire, il a usé de systèmes de communication tels que la publicité qu’il en a fait dans des magazines, pratique devant sans doute autant à son passé de graphiste qu’à sa compréhension de la manière dont le sens et l’information sont véhiculés. Ainsi que le suggère le critique d’art Terry Myers, le choix de publier son livre à compte d’auteur avec un travail éditorial réduit à sa plus simple expression et selon un ordre fidèlement chronologique, ainsi que celui de recenser avec exhaustivité ce qu’il a produit pendant quatre années, peut être perçu comme une réaction aux artistes qui agissent au sein de leur propre historiographie. Overby a vécu principalement à Los Angeles. Un séjour à New York au début des années 1970, sa participation, aux côtés de Carl Andre et Robert Smithson notamment, à deux expositions de 1971 à la John Weber Gallery et sa collaboration avec Lucio Amelio à Milan ont sans doute joué un rôle décisif dans la définition de sa position.

Les récentes expositions personnelles de Robert Overby incluent « Robert Overby Parallel: 1978-1969 » (Hammer Museum, Los Angeles, 2000) et « Robert Overby: What Else is Important: Paintings 1981-1989 » (Luckman Museum, Los Angeles, 2004). L’œuvre de l’artiste est présent dans les collections du Museum of Modern Art (New York), du Whitney Museum of American Art (New York), de l’Art Institute of Chicago (Chicago), du San Francisco Museum of Modern Art (San Francisco), du Museum of Contemporary Art (Los Angeles) et du Los Angeles County Museum of Art (Los Angeles). Cherry and Martin remercie tout particulièrement la Marc Selwyn Gallery et le Robert Overby Estate pour leur soutien dans la réalisation de ce projet à la FIAC. Les œuvres de Robert Overby figureront, à partir du 10 novembre 2012, au sein d’une exposition de groupe à la galerie Cherry and Martin.

Pour de plus amples informations ainsi que pour tout demande iconographique, s’adresser à Philip Martin, par téléphone 001-310-559-0100 ou par email philip@cherryandmartin.com.